logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/08/2007

Dieu se révèle

medium_DSC03450.JPG
«Peux-tu, en sondant, découvrir ce qui est en Dieu, ou découvriras-tu parfaitement le Tout-Puissant ?» (Job 11. 7). Penserions-nous découvrir Dieu par nous-mêmes ? Il est infiniment au-delà de toutes nos pensées. Toutes les représentations que les hommes se sont faites de Dieu sont insuffisantes et voilent ce qu'il est réellement. N'y a-t-il alors aucun espoir de le connaître ? Si, puisque :
– Dieu se révèle par la création. “Les cieux racontent la gloire de Dieu” (Psaume 19. 1). En considérant l'infini du ciel, comme les merveilles de la nature, nous sommes conduits au respect devant le Créateur, et à la prière.
– Dieu a parlé de manière plus proche encore par les prophètes, et de façon définitive en son Fils, Jésus Christ. Jésus révèle Dieu par ses paroles. «Tous… s'étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche» (Luc 4. 22). “Ils étaient frappés par son enseignement ; car il les enseignait comme ayant autorité” (Marc 1. 22).
– Jésus révèle Dieu aussi par ses miracles. Ils attestent qu'il est bien l'envoyé de Dieu, le Messie promis.
– Jésus révèle Dieu par sa mort. La vie de Jésus ne pouvait nous sauver de notre perdition éternelle. Il fallait le don de sa vie pour ôter toutes les barrières qui nous séparaient de Dieu. «Par ceci nous avons connu l'amour : c'est que lui a laissé sa vie pour nous» (1 Jean 3. 16).
– Enfin, Dieu s'est révélé en ressuscitant Jésus Christ d'entre les morts : “Ce Jésus, Dieu l'a ressuscité : nous en sommes tous témoins” (Actes 2. 32).

29/08/2007

MARIE... QUI EST-ELLE ?

La réponse à une telle question ne peut se trouver que dans la Bible, la Parole de Dieu. Jésus dit : « Sondez les Écritures... ce sont elles qui rendent témoignage de moi » (Jean 5. 39). Cette parole du Seigneur Jésus se vérifie très aisément : à travers toutes les Écritu¬res, du début à la fin, le croyant discerne Christ, l'Ancien Testament L'annonçant et parlant de Lui par des ombres ou des figu¬res, le Nouveau Le présentant dans toutes ses perfections.

Les passages nous parlant de Jésus, le Fils de Dieu, sont innombrables. Par contre, peu nombreux sont ceux qui nous parlent de Marie, la mère de Jésus. Nous allons considérer la plupart d'entre eux.

L'ange Gabriel fut envoyé par Dieu à Nazareth pour annoncer à Marie, fiancée à Joseph, la bonne nouvelle qu'elle mettrait au monde le Sauveur. «Et l'ange étant entré auprès d'elle, dit : "Je te salue, toi que Dieu fait jouir de sa faveur ! Le Seigneur est avec toi ; tu es bénie entre les femmes". » (Luc 1. 28). Elle est bénie entre les fem¬mes : quel bonheur, en effet, pour Marie, d'être choisie par Dieu pour donner nais¬sance à Celui qui sera appelé le Fils du Très-haut. Elle est l'objet de la grâce de Dieu qui la fait jouir ainsi de sa faveur. Marie, créature humaine, une faible femme, se trouble à la vue de l'ange. Il faut que celui-ci la rassure : « Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Et voici, tu concevras dans ton ventre, et tu enfanteras un fils, et tu appel¬leras son nom Jésus. Il sera grand et sera appelé le Fils du Très-haut. » (Luc 1. 30 et 31). Marie répond avec foi à cette merveil¬leuse annonce. Humblement soumise à la sainte volonté de Dieu, elle prend la place qu'elle reconnaît être la sienne, celle de l'esclave du Seigneur : « Voici l'esclave du Seigneur, dit-elle. Qu'il me soit fait selon ta parole. » (Luc 1. 38).

Quelque temps plus tard, en présence d'Élisabeth, sa parente, un cantique s'élève du coeur de Marie : « Mon âme magnifie le Seigneur, et mon esprit s'est réjoui en Dieu mon Sauveur, car il a regardé l'humble état de son esclave... » (Luc 1. 46 à 48). Elle appelle Dieu « son Sauveur ». Elle ne parle pas d'elle, ni de ses mérites, ni de sa sain¬teté ; mais elle reconnaît n'être que l'instru¬ment du dessein du Dieu souverain qu'elle nomme son Sauveur. Elle a besoin d'un sauveur, elle a besoin de salut. Elle recon¬naît, en parlant ainsi, sa nature pécheresse en tant que créature humaine. « Tous ont péché et n'atteignent pas à la gloire de Dieu » nous dit la Bible en Romains, ch. 3, v.23. Marie s'identifie comme telle et, sen¬tant son besoin d'être sauvée, elle se réjouit en son Sauveur et exalte la grâce de Dieu qui se manifeste en elle d'une ma¬nière si merveilleuse. « Toutes les générations me diront bien heureuse, dit-elle ; car le Puissant m'a fait de grandes choses, et son nom est saint ; et sa miséricorde est de générations en générations sur ceux qui le craignent. » (Luc 1. 48 à 50). Elle est bienheureuse à cause de ce que DIEU A FAIT, non pas elle. La foi regarde à ce que Dieu a fait. Cher lecteur, chère lectrice, avez-vous regardé à ce que Dieu a fait pour vous ? Il vous a tant aimé qu'Il a donné son Fils uni¬que afin qu'en croyant en Lui, vous ne pé¬rissiez pas, mais que vous ayez la vie éter¬nelle (Évangile selon St Jean, chap. 3, v. 16). Si la faveur accordée à Marie est unique, si elle est celle que toutes les générations diront bienheureuse, Dieu, dans sa grâce, offre le bonheur éternel à vous aussi, par Jésus Christ. Il vous demande seulement de Le recevoir par la foi.

Si nous continuons la lecture de l'Évan¬gile selon Saint Luc, nous arrivons, au deuxième chapitre, à la naissance de Jésus. Celle-ci avait été annoncée plus de sept cents ans auparavant par le prophète Esaïe : « Voici, la vierge concevra et elle enfantera un fils, et appellera son nom Emmanuel », c'est-à-dire « Dieu avec nous » (Esaïe 7. 14). Un ange du Seigneur annonce le grand sujet de joie aux bergers de la contrée : « Car aujourd'hui, dans la cité de David, vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur » (Luc 2. 11). Remarquons que l'ange ne parle pas de Marie, mais uniquement de Celui qui est le Sauveur. Il aurait pu dire : « Aujourd'hui, dans la cité de David, la vierge Marie a mis au monde un Sauveur... » Non : l'Esprit de Dieu nous montre clairement que ce n'est pas à cause de Marie, mais à cause du Sauveur qui est né que la multitude de l'armée céleste se joint à l'ange pour louer Dieu : « Gloire à Dieu dans les lieux très-hauts ; et sur la terre, paix ; et bon plaisir dans les hommes ! » (Luc 2. 14). Dans l'Évangile selon Saint Matthieu, nous voyons les mages arriver de l'orient pour voir qui ? Marie ? Non : pour voir le petit enfant à qui ils rendent hommage : « Et étant entrés dans la maison, ils virent le petit enfant avec Marie sa mère ; et, se prosternant, ils lui rendirent hommage; et ayant ouvert leurs trésors, ils lui offrirent des dons, de l'or et de l'encens, et de la myrrhe. » (Matthieu 2. 11). Avez-vous bien lu ? Ils virent le petit enfant avec Marie sa mère, et l'adoration et les dons sont uniquement pour le petit enfant.

Reprenons notre lecture dans l'Évangile selon Saint Luc. Jésus a douze ans. Comme chaque année, à la fête de Pâque, ses parents vont à Jérusalem. Au retour, l'enfant Jésus demeure dans cette ville, ses parents ne le sachant pas. Quand ils s'aperçoivent de l'absence de Jésus, ils re¬tournent à sa recherche et ce n'est qu'après trois jours qu'ils le trouvent « dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant... et quand ils le virent, ils furent frappés d'étonnement, et sa mère lui dit : 'Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait ainsi ? Voici, ton père et moi nous te cherchions, étant en grande peine.' Et il leur dit : 'Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu'il me faut être aux affaires de mon Père ?' Et ils ne comprirent pas la parole qu'il leur disait. Et il descendit avec eux, et vint à Nazareth, et leur était soumis. Et sa mère conservait toutes ces paroles dans son coeur. » (Luc 2. 46 à 51). Joseph et Marie étaient d'excellentes per¬sonnes. Ce que nous savons d'eux d'après les Évangiles nous donne une haute opi¬nion de leur piété, mais ils n'étaient pas tout entiers aux choses de Dieu, comme Jésus l'était. Cet incident du chapitre 2 de St Luc semble révéler chez eux une cer¬taine défaillance. Joseph et Marie auraient dû savoir où se trouvait le Seigneur, et lui-même leur fait une sorte de reproche en leur disant : « Ne saviez-vous pas qu'il me faut être aux affaires de mon Père ? » Il était, lui, le Fils de Dieu, tout entier aux affaires de Dieu. Toutefois, dans sa parfaite humanité, il se soumet à ses parents et re¬tourne avec eux. Marie, qui ne comprenait pas, gardait ces paroles dans son coeur.

Lors du premier miracle de Jésus, à Cana, Marie est là. Le vin manque à la fête, et elle lui en fait part. « Jésus lui dit : 'Qu'y a-t-il entre moi et toi, femme ? Mon heure n'est pas encore venue.' » (Jean 2. 4). Dans les Saintes Écritures, le vin nous parle de la joie. Sans Jésus, il n'existe pas de vraie joie durable dans ce monde. Pour donner joie et bénédiction aux hommes, il faut que le péché qui fait séparation entre Dieu et l'homme soit ôté. Pour que Jésus puisse donner la joie, il fallait sa mort sur la croix où il allait expier le péché. C'est ce que veut dire l'expression : « Mon heure n'est pas encore venue ». L'oeuvre rédemp¬trice n'était pas encore accomplie, et sans elle, la joie ne pouvait être donnée à l'homme, pas plus que Marie ne pouvait apporter le vin. Marie ne suggère ni ne fait rien, car elle ne peut se mêler à l'action de Jésus qui a sa source dans le ciel. « Faites tout ce qu'il vous dira » dit-elle (v. 5). Elle comprend que ce n'est pas ce qu'elle-même peut faire ou dire qui compte. C'est Jésus qu'il faut écouter et c'est à Lui qu'il faut obéir. Il dit à chacun : « Venez à moi... et moi, je vous donnerai du repos. » (Matthieu 11. 28). Remarquons que le Seigneur appelle toujours sa mère « femme », ce qui rappelle ainsi l'humanité de Marie. Il emploie cette même appellation lorsqu'il est sur la croix : « Jésus donc voyant sa mère, et le disciple qu'il aimait se tenant là, dit à sa mère : 'Femme, voilà ton fils'. » (Jean 19. 26). Pas une seule fois Jésus n'a exalté publi¬quement sa mère comme étant supérieure aux autres. Quand « une femme éleva sa voix du milieu de la foule et lui dit : 'Bien¬heureux est le ventre qui t'a porté, et les mamelles que tu as tétées' », Jésus dit : « Mais plutôt, bienheureux sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gar¬dent. » (Luc 11. 27 et 28).

La dernière fois qu'il est fait mention de Marie dans le livre de Dieu, c'est dans les Actes des apôtres, au chapitre premier. Après l'ascension du Seigneur Jésus Christ, les disciples se réunissent à Jéru¬salem, dans la chambre haute. « Tous ceux-ci persévéraient d'un commun accord dans la prière, avec les femmes, et avec Marie, la mère de Jésus, et avec ses frè¬res. » (Actes 1. 14). Marie s'unit de cœur aux prières des disciples. Pour elle, objet de cet honneur inouï d'avoir mis au monde le Fils de Dieu, sa place est désormais au¬près de ces témoins humbles et méprisés, inconnus encore, qui persévéraient d'un commun accord dans la prière. L'Écriture ne nous parle plus dès lors de la mère de Jésus. Elle la laisse dans cette attitude de foi, de dépendance et de communion qui caractérise la prière en commun. Imaginons-nous ce qu'elle aurait pensé, à ce moment-là, si elle avait su que, quel¬ques siècles plus tard, une multitude d'êtres humains comme elle s'adresserait à elle dans la prière...

En conclusion, Marie : qui est-elle ?

Elle a eu cet immense privilège et ce grand honneur d'avoir été choisie de Dieu pour mettre au monde le Sauveur. Mais Dieu, dans sa sainte Parole, nous montre clairement qu'elle n'était qu'une femme, dont la piété était remarquable, certes, mais qui n'était qu'une créature comme vous et moi. Aucun passage, aucun mot de la Sainte Bible ne peut laisser supposer que Marie soit montée au ciel, corps et esprit, avant ou après sa mort. Toutes les doctrines énoncées se rapportant à son assomption sont totalement fausses et ab¬sentes des Saintes Écritures.

Dire que Marie est médiatrice, c'est contredire la Parole de Dieu « car il y a un seul Dieu et un seul médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Christ Jésus, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous. » (1 Timothée 2. 5). Par conséquent, ce n'est pas à elle que les prières doivent être adressées ; Jésus a enseigné à maintes reprises que les prières et les louanges doivent être adres¬sées à Dieu, par Lui et en son nom. Il dit : «... afin que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. » (Jean 15.16). « En vérité, en vérité, je vous dis, que toutes les choses que vous demanderez au Père en mon nom, il vous les donnera. » (Jean 16. 23). Jésus est Celui qui intercède auprès du Père : « Il peut sauver entièrement ceux qui s'approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder pour eux. » (Hé¬breux 7. 25). « Ayant donc un grand souve¬rain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, tenons ferme notre confession ; car nous n'avons pas un sou¬verain sacrificateur qui ne puisse sympa¬thiser à nos infirmités, mais nous en avons un qui a été tenté en toutes choses comme nous, à part le péché. Approchons-nous donc avec confiance du trône de la grâce, afin que nous recevions miséricorde et que nous trouvions grâce pour avoir du se¬cours au moment opportun. » (Hébreux 4. 14 à 16).

Rendre culte à Marie est une très grave désobéissance à la parole de Dieu « car il est écrit : Tu rendras hommage au Sei¬gneur ton Dieu, et tu le serviras (ou tu lui rendras culte) lui seul » (Matthieu 4. 10 et Luc 4. 8).

Appeler Marie « mère de Dieu » est inexact et constitue un outrage involontaire à la sainte Trinité. En effet, comment Dieu qui est esprit (Jean 4. 24) et qui est éternel peut-il avoir une mère ? Marie n'était la mère de Jésus que dans son humanité, le sein dans lequel Christ incarné a été formé. « Tu m'as formé un corps », dit-il en entrant dans le monde (Hébreux 10. 5), et par la voix prophétique : « Tu m'as creusé des oreilles. » (Psaume 40. 6). « Le mystère de la piété est grand : Dieu a été manifesté en chair, a été justifié en Esprit... » (1 Timothée 3. 16).

Quant à la virginité perpétuelle de Marie, nous dirons simplement que plusieurs pas¬sages de la Bible nous parlent des frères de Jésus : « Et comme Jésus parlait encore aux foules, voici, sa mère et ses frères se tenaient dehors, cherchant à lui parler... » (Matthieu 12. 46). « Les Juifs étaient éton¬nés et disaient : n'est-il pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s'appelle-t-elle pas Marie ? et ses frères Jacques, et Joses, et Simon, et Jude ? Et ses soeurs ne sont-elles pas toutes auprès de nous ?' » (Matthieu 13. 55 et 56). Il est donc de toute évidence que Marie n'est pas restée vierge après la naissance de Jésus. De Joseph, il nous est dit en effet : « Et il ne la connut point JUSQU'À CE QU'elle eût enfanté son fils premier-né ; et il appela son nom Jésus. » (Matthieu 1. 25).

Cher ami lecteur, peut-être avez-vous cru jusqu'à présent, à cause des enseigne¬ments humains que vous avez reçus, que Marie pouvait faire quelque chose pour le salut de votre âme, ou pour le pardon de vos péchés, ou même, comme on l'entend souvent, pour vous venir en aide. Il n'en est absolument rien ! Le seul chemin qui mène à Dieu, c'est :

JESUS CHRIST.

« Il est le chemin, et la vérité, et la vie ; nul ne vient au Père que par lui. » (Jean 14. 6).

Il est « le seul médiateur entre Dieu et les hommes » (1 Timothée 2. 5).

« Il n'y a de salut en aucun autre ; car aussi il n'y a point d'autre nom sous le ciel, qui soit donné aux hommes, par lequel il nous faille être sauvés. » (Actes 4. 12).

Cher ami, allez directement à JÉSUS, comme Il vous y invite :

« VENEZ A MOI, VOUS TOUS QUI VOUS FATIGUEZ ET QUI ETES CHARGÉS, ET MOI, JE VOUS DONNERAI DU REPOS. » (Matthieu 11. 28)

« JE NE METTRAI POINT DEHORS CELUI QUI VIENT A MOI. » (Jean 6. 37)


*****

Toute correspondance concernant ce traité peut être adressée à :

Etienne MINIOT Diffusion de la Sainte Bible B.P. 41 F. 62700 Bruay la Buissière

Une partie de la Sainte Bible sera envoyée gratuitement à toute personne qui en fera la demande.

Distribué aussi par :

BIBLES ET PUBLICATIONS CHRÉTIENNES 30 rue Châteauvert F. 26000 Valence

18/08/2007

Faites-le malgré tout....

medium_DSC05641.JPG
Dans bien des circonstances, nous disons....

Non je ne le ferais plus, ou encore je ne le ferais pas....

Et pourtant.....

Les gens sont déraisonnables, égoïstes et centrés sur eux-mêmes.
Aimez-les malgré tout.


Quand vous faites le bien, les gens vous accusent d’être intéressé et vous attribuent une motivation calculée.
Faites le bien malgré tout.


Si vous avez du succès, vous aurez de faux amis et de vrais ennemis.
Réussissez malgré tout.


Le bien que vous faites aujourd’hui sera oublié demain.
Faites-le bien malgré tout.


L’honnêteté et la franchise vous rendront vulnérables.
Soyez honnêtes et francs malgré tout.


Les plus grandes personnes avec les plus grandes idées peuvent être jetées par terre par les personnes les plus médiocres ayant les idées les plus étroites.
Voyez grand malgré tout.


Les gens supportent les opprimés mais suivent seulement les gagnants.
Combattez pour quelques opprimés malgré tout.


Ce que vous prenez des années à bâtir peut être détruit si rapidement.
Bâtissez malgré tout.


Les gens ont besoin de votre aide et ils vous attaquent si vous les aidez.
Aidez-les malgré tout.

Donnez aux gens le meilleur que vous avez et ils vous le relanceront au visage.

Jean W.

12/08/2007

Jésus Christ

On a dit de lui beaucoup de choses et l'on a discuté son existence au point de le considérer parfois comme un mythe. C'est faire fi de tous les témoignages historiques sur Jésus, et de l'expérience de nombreux croyants encore aujourd'hui.
La Bible rend un quadruple témoignage de sa vie sur la terre par les quatre évangiles. Elle nous parle aussi de la propension au mal qui réside dans le cœur de l'homme, et qui, du coup, l'exclut de la présence de Dieu. Condamné à cause de sa nature pervertie, l'homme est seul, désespérément et pour toujours, “privé de la gloire de Dieu” (Romains 3. 23). C'est là qu'intervient Jésus, se substituant à nous pour recevoir, à notre place, la punition méritée par nos fautes. S'il meurt pour nous, il est aussi ressuscité, il est vivant. Son œuvre sauve encore aujourd'hui ceux qui se confient en lui, et leur donne une nouvelle dignité, celle qui nous permet d'entrer dans la présence de Dieu comme ses enfants. Jésus est présenté dans le verset du jour comme celui qui venait vers ceux qui se portaient mal pour apporter la guérison. Il est le divin médecin qui délivre et qui sauve.
Mais il faut reconnaître son indignité et le besoin d'être guéri, pardonné. Il y a des malades qui refusent de se soigner… au péril de leur vie. Ne faites pas comme eux. Voyez Jésus dans les évangiles, et demandez-lui de faire pour vous ce qu'il a fait, déjà, pour tant de personnes !

08/08/2007

Lettre de Jésus pour toi

medium_DSC05645.JPGCher(e) ami(e),

Il me fallait t’écrire un mot pour te dire combien Je t'aime et Me fais du souci pour toi. Je t'ai vu hier lorsque tu parlais avec tes amis. J’ai attendu toute la journée espérant que tu voudrais aussi parler avec moi. Quand vint la soirée, Je t'ai donné un magnifique coucher de soleil pour terminer ta journée et une bonne brise pour te reposer, et J'ai attendu. Tu n'es pas venu. Bien sûr, ça Me fait mal, mais Je t'aime toujours parce que Je suis ton ami.

Je t'ai vu t'endormir hier soir, et Je désirais te toucher, alors J'ai répandu un clair de lune sur ton visage. De nouveau, J'ai attendu voulant Me précipiter vers toi afin que nous puissions parler. J'ai tant de cadeaux pour toi ! Mais tu te levas tard et dû te hâter au travail. Mes larmes se sont dispersées dans la pluie.

Aujourd’hui, tu avais l'air si triste et si seul. Cela m'a fait mal au cœur parce que Je comprends. Mes amis me font mal bien souvent aussi,, mais Je t'aime.

Si seulement tu voulais M'écouter. Je t'aime ! J'essaie de te le dire dans le ciel bleu et dans la paisible herbe verte. Je te le murmure dans le bruissement des feuilles et te le souffle dans la couleur des fleurs. Je te le crie dans les torrents qui dévalent les montagnes et Je donne aux oiseaux des chants d'amour pour te le chanter. Je te revêts de chaud soleil et J'adoucis l'air des mille parfums de la nature. Mon amour pour toi est plus profond que l'océan et plus vaste que le plus vaste désir de ton cœur. Si seulement tu savais combien Je veux marcher avec toi et M’entretenir avec toi.

Je sais comment c'est dur sur terre, vraiment Je sais. Aussi, Je veux t'aider. Je veux que tu rencontres Mon Père. Il veut t'aider aussi. C'est comme cela qu'Il est, Mon Père. Appelle-Moi, demande-Moi ! Je t'en prie, ne M'oublie pas ! J'ai tant de chose que Je voudrais partager avec toi.

Bien, c'est d'accord. Je ne vais pas t'ennuyer plus longtemps. Tu es libre de Me choisir. La décision te revient. Moi, Je t'ai choisi et parce que Je T'ai choisi, J'attendrai.

J'attendrai, J’attendrai, J'attendrai parce que Je t'aime

Ton ami, Jésus

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique