logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/05/2008

Le chant de sa mère.

Le chant de sa mère.


C’est un homme en Finlande pendant les années 39-40 qui raconte cette histoire, alors que des combats difficiles viennent de se dérouler entre Finnois et Russes…

J’ai offert mes services au gouvernement, et on m’a établi officier dans l’armée du général Mannerhein, c’était des temps très terrible.
Nous venions de reprendre une ville que l’ennemi avait occupée, et j’avais la garde des prisonniers russes, dont sept devaient être fusillés le lendemain matin. Ils étaient dans une cave de l’hôtel de ville et dans le corridor mes hommes devaient les surveiller, fusil à la main, l’atmosphère était pleine de haine, car mes soldats heureux de leur succès, se moquaient des prisonniers, pendant que ceux-ci frappaient les murs, et gémissaient…

Subitement un des condamnés à mort se mit à chanter, chacun pensa qu’il était devenu fou, mais j’avais remarqué comment cet homme n’avait pas juré comme les autres, lui n’avait pas la même attitude, il n’était pas en colère, pourtant assis sur le banc il montrait le plus complet désespoir.
Cet homme chante au début timidement, puis sa voix s’affermit peu à peu, les prisonniers se sont tournés vers lui et ils ont écouté.

« A l’abri dans les bras de Jésus,
mon âme peut se reposer doucement;
« Ecoute,
j‘entends la voix des anges qui viennent à moi.
« A travers les champs de jaspe,
à travers la mer de cristal.Et cette strophe il la répéta plusieurs fois… Après son chant ce fut le silence. Mais un homme des plus terribles lui cria : « Koskino ! Mais d’où est-ce que tu sais ce chant ? Tu essayes de nous rendre religieux ! » Camarade vous me demandez d’où je connais ce chant ? C’est ma mère qui le chantait, ma mère priait Jésus. Puis il se redressa et debout se mit à dire, c’est lâche de cacher que l’on croit. Le Dieu de ma mère est aussi le mien. J’aurai du mal à dire comment cela m’est arrivé, mais dans la nuit j’ai vu le visage de mère, j’ai compris que je devais trouver mon Sauveur.
Alors j’ai prié comme le brigand sur la croix, que Jésus me pardonne, qu’il purifie mon âme pécheresse, et qu’il me prépare à me présenter devant lui, puisque c’est pour bientôt. J’ai eu une nuit étrange, par moment il me semblait que tout s’éclairait autour de moi, puis des versets de la Bible de ma mère me revenait à la mémoire, ainsi que des paroles de cantiques, c’était comme si Jésus me parlait. Oh oui c’était bien la réponse de Dieu à ma prière, car vous voyez dans quelques heures, moi, pécheur, sauvé par la grâce de Dieu, je vais me présenter devant lui.

Le visage de Koskino rayonnait pendant que les soldats l’écoutaient en silence. Et un soldats russe lui dit : Koskino tu as raison, si seulement je savais qu’il puisse y avoir du pardon pour moi qui ait blasphémé, versé le sang. Il s’effondra par terre en gémissant, dans le plus profond désespoir : il dit encore « Koskino prie pour moi car demain je vais mourir et je vais tomber entre les mains du diable ! » Et voici que ces soldats russes se jettent à genoux les uns à cotés des autres, priant les uns pour les autres. Ce n’était pas des longues prières, mais des prières de désespoir.

Et nous finlandais nous écoutions ébahis de voir et d’entendre cela, et notre haine s’est volatilisée dans la lumière du ciel. Quelle scène bouleversante, nous étions remplis d’émerveillement devant la manifestation de la puissance et de l’amour de Dieu dans cet endroit misérable. Dans la nuit tous suivirent Koskino dans cette démarche de foi, ils ne juraient plus, mais parlaient doucement et s’encourageaient mutuellement, et ils purent écrire à leur famille, et dans cette nuit là ni eux ni nous n’avions pu dormir.

A 6 heures, les condamnés ont été conduits sur le lieu d’exécution. Ils demandèrent l’autorisation pour que Koskino puisse chanter une dernière fois ce chant, l’officier leur accorda. La face tournée vers le ciel et avec une puissance merveilleuse, ils chantèrent pour la dernière fois «A l’abri dans les bras de Jésus….

Quand la dernière phrase fut chantée l’officier donna l’ordre du feu.

Et nous , nous étions tous agenouillés dans la prière…

Ce qui s’est passé chez les autres je l’ignore, mais je puis dire que moi officier finlandais, je suis un homme changé, j’ai rencontré Christ dans un de ses disciples qui était le plus bas tombé. Par lui, j’ai réalisé que moi aussi, je devais « appartenir » à Christ.

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique