logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/12/2008

Pas de place....Encore de la place

Pas de place : il y a 2000 ans déjà, il n'y a pas eu de place dans l'auberge de Bethléem pour accueillir Marie, sur le point de mettre au monde son fils Jésus.
Cette hôtellerie est à l'image de notre humanité qui n'a pas eu de place pour le Sauveur du monde. Son attitude a-t-elle changé de nos jours ? Non, même parmi ceux qui se disent chrétiens, combien, aujourd'hui, ne l'ont pas vraiment reçu. Pourtant, même si les hommes n'ont pas voulu pour Jésus Christ d'autre place qu'une croix pour se débarrasser de lui, le Dieu de grâce continue inlassablement à annoncer son message de salut et à ouvrir son ciel à tous ceux qui l'acceptent.
Si quelqu'un reçoit Jésus comme son Sauveur personnel, une place lui est alors définitivement assurée au ciel, dans la maison du Père. Le désir de Dieu est que sa maison “soit remplie” d'hommes et de femmes rachetés par le sang de Christ versé à la croix. Jésus a payé le prix de cette place, de sorte qu'elle est gratuite pour tous ceux qui mettent leur confiance en lui.
Oserions-nous négliger un si grand amour et un si grand salut ? Prenons garde. Un jour, la patience de Dieu prendra fin et la porte du ciel sera fermée. Ce sera définitivement trop tard. N'attendez pas ! Acceptez aujourd'hui la place que Dieu vous offre auprès de lui pour être éternellement heureux avec Jésus.

17/12/2008

JOYEUX NOËL A TOUS !

Dans quelques jours, nous célébrerons la fête de Noël. Cette fête devrait normalement souligner l’anniversaire de naissance de Jésus- Christ. Mais elle est maintenant devenue un prétexte pour célébrer n’importe quoi, sauf Jésus-Christ. Mais ce n’est pas important car le 25 décembre ne concorde pas avec le jour de la naissance de Jésus et de plus, il n’a jamais demandé de le fêter. Quoiqu’il en soit, cette période de l’année nous permet à tous de nous arrêter un peu, juste le temps qu’il faut pour se souvenir de nos proches.

La fête de la tristesse

Si pour bien des gens la fête de Noël est un grand moment de réjouissances où l’on revoie la famille et les amis, pour certains, cela ne représente pas une réalité. Cette période de l’année est, pour plusieurs, le cruel rappel de leur solitude. Pour d’autres, le temps des fêtes est un dur moment où il faut faire face aux gens avec qui ils ont de gros problèmes non résolus. Et dans bien des cas, la période des fêtes est l’occasion de voir des conflits se compliquer davantage. Tant mieux pour vous si, chez vous, ça ne ressemble pas à ce que je viens de dire.

Ceux qui sont seuls

De tous les sentiments qui sont accentués durant la période des fêtes, je crois que le pire de tous est la solitude. Être seul, lorsqu’on sait que nous ne sommes pas les seuls à vivre cela, ça peut aller. Mais être seul lorsqu’on sait que tous les autres sont ensemble, alors ça ne va pas du tout. Se sentir seul, c’est avoir le sentiment de ne pas être aimé. Y a-t-il un pire sentiment que celui-là?

Jésus sur la croix

Si cela peut vous encourager, sachez que lorsque Jésus fut arrêté, condamné et crucifié, il fut abandonné de tous, même de ses apôtres. Pourtant, durant les trois années qui ont précédé ce drame, des foules accouraient vers lui pour l’entendre parler du royaume de son Père. Il était à ce point populaire qu’on le dérangeait même la nuit. Vous savez, on l’aimait à cause des miracles et pas pour lui-même; et il le savait fort bien. On l’a aimé aussi longtemps qu’il pouvait encore rendre de bons et généreux services; lorsque ce fut terminé, on l’a délaissé. N’est-ce pas là un trait du caractère humain: on aime, tant que c’est à notre avantage. Si on vous a oublié, c’est peut-être qu’on vous a tout siphonné ce que vous aviez à donner, et comme il n’y a plus rien à tirer de vous, on vous délaisse.

"Que votre cœur ce se trouble point"

"Ne soyez pas si inquiets, leur dit Jésus. Ayez confiance en Dieu et ayez aussi confiance en moi. Il y a beaucoup de place dans la maison de mon Père; sinon vous aurais-je dit que j’allais vous préparer le lieu où vous serez? Et après être allé vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai auprès de moi, afin que vous soyez, vous aussi, là où je suis. Vous connaissez le chemin qui conduit où je vais" (Jean 14:1-4).

Appartenir à Jésus

N’appartenir qu’à ce monde est fort décevant, surtout lorsque nous ne sommes plus rentables selon notre système de valeurs. Mais appartenir à Jésus, c’est entrer dans une relation éternelle qui est fondée sur des normes d’amour et non de rentabilité.

Jean 10:28-29
"Je leur donne la vie éternelle, elles ne seront jamais perdues et personne ne les arrachera de ma main. Ce que mon Père m’a donné est plus grand que tout et personne ne peut rien arracher de la main du Père."

Dieu nous appelle

medium_aout02-1.jpeg
“L'appel de Dieu, je ne l'ai jamais entendu !” direz-vous peut-être. Pourtant, Dieu parle de façon très variée. Quand vous vous interrogez sur le sens de votre vie, aux temps forts de votre existence, lorsque vous êtes saisi devant le miracle d'une naissance, ou quand survient la mort d'un être que vous aimez, n'y a-t-il pas là un appel de Dieu ? L'expérience de la solitude, la pensée tenace que la vie ne se limite pas au quotidien, nous invitent à nous tourner vers Dieu.
A quoi Dieu nous appelle-t-il ? A rencontrer Jésus. Certes, Jésus ne parcourt plus les chemins de la Judée et de la Galilée, mais il est vivant et présent à nos pensées quand nous lisons les évangiles avec foi. Il convient donc de les lire pour rencontrer Jésus, ou plutôt pour qu'il se révèle à nous.
Au temps de l'Évangile, ceux qui ont croisé la route de Jésus ont pu entendre ses paroles, constater son attention pour les pauvres, les malheureux, les petits enfants… Pourtant tous n'ont pas cru en lui. Plusieurs sont passés à côté de lui, indifférents, hostiles parfois. Ils ont vu ses miracles, ils en ont bénéficié, et les ont ensuite oubliés. Au moment où certains abandonnaient le Seigneur, Pierre, dans un élan de foi, a pu dire à Jésus : “Seigneur, auprès de qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle” (Jean 6. 68). Cette expérience de Pierre, vous pouvez la faire, vous aussi. En venant, par la foi, à Jésus, en le priant, en lui disant du fond du coeur : «Seigneur Jésus, je viens à toi».

10/12/2008

Un Sauveur parfait

Christ est un Sauveur parfait. Il sauve entièrement ceux qui s'approchent de Dieu par lui (Hébreux 7. 25). Si quelqu'un vous dit que c'est par des actes ou des oeuvres que l'on gagne son salut, il réduit la portée de l'œuvre de la croix, et la dépouille de ses vertus. Si le salut dépendait de ce que nous sommes ou de ce que nous faisons, nous serions inévitablement perdus. La paix que nous donne l'évangile ne repose pas en partie sur l'œuvre de Christ et en partie sur l'œuvre de l'homme, mais entièrement et uniquement sur l'œuvre de Christ.
Beaucoup de personnes sont comme ce docteur de la loi qui demanda un jour à Jésus : “Que faut-il que j'aie fait pour hériter de la vie éternelle ?” (Luc 10. 25). L'homme, même s'il se reconnaît perdu, veut faire quelque chose pour être sauvé. Il veut participer à son salut, et ne pas le devoir entièrement à un autre. Et c'est là son erreur. Il sera sauvé exclusivement par le sacrifice de Christ, ou il ne le sera pas. La Bible dit que “nous étions morts dans nos fautes” (Éphésiens 2. 5). Un mort peut-il faire quoi que ce soit pour revenir à la vie ? Non, il faut que Celui qui a le pouvoir de donner la vie intervienne. Et nous pouvons remercier Dieu parce qu'il nous a aimés comme nous étions et a envoyé son Fils pour “chercher et sauver ce qui était perdu” (Luc 19. 10).
Amis lecteurs, Dieu n'exige rien de vous. Il demande que vous acceptiez simplement le pardon de vos péchés par la foi en Jésus Christ.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique